Notre histoire

  • 1947-1970 : Les origines ardennaises

    Collignon a été fondée en 1947 par Robert Collignon, à Mormont, dans le nord de la Province de Luxembourg.

    Le fondateur exerce longtemps son métier d'électricien-installateur en solo avant de s'entourer de deux collaborateurs dans les années 60 et de nourrir de premiers projets d'extension en 1967 en acquérant un immeuble dans le village voisin d'Erezée, où se trouve aujourd'hui encore le siège social de Collignon.

  • 1970-1990 : L'expansion de l'entreprise familiale

    Les années 70 marquent les débuts de l'expansion de l'entreprise familiale, alors que Robert Collignon peut désormais compter sur le soutien de son fils Gérard, sorti des études.

    De 4 ouvriers et un chiffre d'affaires de 58.000 euros en 1971, l'entreprise passe en quatre ans à 25 collaborateurs pour atteindre un chiffre d'affaires de 745.000 euros. En 1980, l'entreprise prend le statut de société anonyme et accélère encore son expansion. En 1985, Collignon emploie plus de 160 personnes et son chiffre d'affaires dépasse les 5 millions d'euros.

    Robert Collignon se décharge progressivement de ses responsabilités pour confier les rênes de l'entreprise à son fils Gérard. Les activités vont dès lors être davantage orientées vers des chantiers plus importants alors que la "division Hainaut" est créée à Mons.

  • 1990-2007 : les acquisitions

    Les années 90 et 2000 seront marquées par une série d'acquisitions qui vont faire évoluer Collignon d'un acteur régional important à un leader national dans le domaine des installations électriques. En 1993, Collignon crée une division à Bruxelles. L'année suivante, elle rachète le secteur d'activité électricité de Réforme & Nizet.. En 1998, toujours à Liège, l'entreprise acquiert Soreti, spécialisée dans la moyenne tension. Le cap des 250 collaborateurs est dépassé. Didier Collignon, fils de Gérard Collignon, prend la direction des entités liégeoises du groupe, qui sont regroupées sur le site de Grâce-Hollogne.

    En 2003, une nouvelle filiale Cobelcom est créée. Elle est spécialisée dans l'installation de centraux téléphoniques.

    En 2004, Collignon créée une division Luxembourg. L'année 2005 est marquée par le rachat de la société Satra, spécialisée dans la pose de conduites enterrées (électricité, eau, gaz). En 2006, l'entreprise doit déplorer le décès de Gérard Collignon. La relève à la direction du groupe est assurée par son fils, Didier Collignon.

  • 2007 - ... : La consolidation avec Eiffage

    Le 5 mars 2007, au terme d'un processus de rapprochement initié de son vivant par Gérard Collignon, le groupe Collignon intègre le groupe français Eiffage. Au moment de la cession, le groupe Collignon occupait environ 500 personnes pour un chiffre d'affaires annuel d'environ 60 millions d'euros.

    En 2008, la direction procède à la fusion des filiales Genintec et Dewandre par absorption au sein de la S.A. Collignon Eng pour former au sein de cette dernière la division Liège. Parallèlement, les activités des divisions Mons et Braine sont regroupées en compagnie de la S.A. Feyens (une autre filiale du Groupe Eiffage) au sein d'une division Wauthier-Braine qui emménage dans de nouvelles installations situées dans le Parc Industriel de Wauthier-Braine.

    En 2009, la société Soreti devient un département de Collignon. En 2011, le groupe Collignon finalise sa réorganisation en 10 départements. C'est l'occasion pour Feyens et Satra d'être à leur tour intégrés à Collignon. L'entreprise emploie actuellement quelque 290 personnes.

Casque
chiffres